Non classé

Travis Strikes Again: No More Heroes Review (PS4)

Par Garry , le 17 octobre 2019 - 2 minutes de lecture
  • Travis Strikes Again : No More Heroes
    2525047

Travis Strikes Again: No More Heroes Review - Capture d'écran 1 de 6

Travis Strikes Again: No More Heroes est le genre de jeu qui s’amuse à se moquer de ses contemporains – et qui pourtant s’est en quelque sorte retrouvé dans la ligne de frappe. Cette tranche irrévérencieuse de punk post-moderne a toute la verve de ses prédécesseurs sur Nintendo Wii, mais elle est complétée par des segments de jeu obsolètes qui menacent d’annuler tout son travail. C’était une pièce plus courte et plus expérimentale que cette curieuse composition de gimmicks à percer au quatrième mur aurait été absolument essentielle, mais elle ne peut s’empêcher de dépasser son accueil.

L’intrigue se meut aveuglément d’une référence de la culture pop à l’autre, lorsque l’assassin du postériste Travis Touchdown de Santa Destroy est intégré dans une console de jeu fictive appelée Death Drive Mark II. Réparties sur six cartouches de jeu fictives, et ancrées par des segments de roman visuel classiques, vous vous retrouverez en train de vous frayer un chemin à travers une adaptation BTEC de Hotline Miami, qui s'essouffle rapidement. Le célèbre réalisateur Suda51 – son premier concert depuis longtemps sur le siège haut – tente de garder les choses intéressantes en modifiant les perspectives et même en ajoutant des mini-jeux, mais l’ennui monte rapidement.

À son crédit, il y a tellement de contenu hors du commun ici que vous serez prêt à passer au travers de ses segments les plus sèches, juste pour voir quelle bizarrerie le développeur a en réserve. Qu'il s'agisse de réviser des recettes de ramen ou d'assister à des scènes ahurissantes alors que le titre jette une séquence de JVM complètement déconnectée, il s'agit d'un véritable grand huit de ridicule qu'il faut voir pour être crédible. Mais c’est une expérience de trois ou quatre heures qui dure plus du double, et aucune quantité de combats dirigés conçus par Boneface ne vous empêchera de vous ennuyer aux points.

Garry